Back to top

Innovation, audace et activisme : Burton Snowboards agit concrètement pour le développement durable

Innovation, audace et activisme : Burton Snowboards agit concrètement pour le développement durable
Renée Yardley
29 mars 2018

Dans le cadre des « Conversations avec les leaders environnementaux », le président de Rolland, Philip Rundle, demande aux organisations soucieuses de durabilité de décrire leur approche en matière de responsabilité environnementale.

Dans la seconde partie de cette entrevue en deux volets, Jenn Swain, gestionnaire de projet en innovation durable chez Burton, explique comment l’entreprise utilise l’innovation, l’action directe et la collaboration pour lutter contre les changements climatiques et aborder diverses problématiques environnementales prioritaires. Stephanie Kohn, directrice de la gestion de marque, discute pour sa part des techniques employées pour faire rayonner la marque.

Lisez le premier volet de l’entrevue, intitulé Selon Burton Snowboards, un produit durable doit… durer!.

Comment Burton atteindra-t-elle ses objectifs de développement durable pour 2020, tels que communiqués à la fin de 2017? 

JS : Nous repoussons nos limites en fixant des objectifs audacieux, mais atteignables relativement à nos produits, à nos employés et au grand terrain de jeu qu’est la planète. Plusieurs objectifs nous forcent à redoubler d’efforts, notamment l’utilisation exclusive de matériaux certifiés bluesign® – une organisation qui régit la production durable des textiles à plusieurs niveaux – dans la production de nos sacs et vêtements, ainsi que le détournement de 75 pour cent de nos déchets des sites d’enfouissement.

Nous visons également une réduction de 20 pour cent de nos émissions de carbone par la mise en place d’une méthodologie d’analyse du cycle de vie, qui nous permettra de cibler les occasions de réduire notre impact environnemental sur trois fronts : matériaux, gestion des déchets et efficacité énergétique. Cette réalisation constituerait une innovation de plus dans l’industrie de la planche à neige.

L’attitude de Burton est fondée sur l’action et le progrès, qu’il s’agisse d’améliorer la performance de nos produits ou de réduire l’impact de leur production. Nous croyons que nos initiatives de développement durable peuvent créer un changement de paradigme au sein de l’industrie et de la communauté du plein air.

Rolland a également procédé à une analyse du cycle de vie. Nous sommes curieux d’en savoir plus sur l’approche adoptée par Burton.

JS : Nous avons mesuré l’empreinte environnementale de tout le matériel (planches à neige, fixations, bottes, casques, lunettes) produit par Burton avec un logiciel d’analyse du cycle de vie.

Après l’analyse viennent les gestes concrets. L’analyse du cycle de vie a par exemple révélé que l’utilisation d’une résine époxy traditionnelle à base de pétrole augmentait considérablement l’empreinte carbone de nos planches à neige. En 2016, Burton a donc opté pour une résine époxy alternative formulée à base de matériaux biosourcés, appelée Super Sap. Ce changement a réduit de plus de 50 % l’empreinte carbone de certaines composantes. Cette nouvelle matière est aujourd’hui utilisée dans la production de presque toutes nos planches.

L’approche du développement durable de Burton semble très pragmatique – vous fixez un objectif puis travaillez systématiquement pour l’atteindre –, mais vous demeurez toutefois une entreprise dynamique et ludique. Est-ce que je résume bien votre culture d’entreprise?

JS : En effet, nous travaillons fort, mais savons nous amuser. Nous aimons le plein air et nous menons une vie active. Nous donnons tout ce que nous avons, tant au travail que sur les pistes. Nos employés incarnent le mode de vie dont nous faisons la promotion en tant qu’entreprise.

Burton s’associe-t-elle à d’autres organisations aux vues similaires dans ses efforts de lutte contre les changements climatiques?

JS : En 2013, Burton s’est jointe au réseau BICEP (Business for Innovative Climate and Energy Policy) chapeauté par l’organisme américain Ceres, qui milite en faveur de politiques climatiques et énergétiques plus strictes aux niveaux étatique et fédéral. 

Cette même année, nous sommes devenus partenaires de Protect our Winters (POW), un regroupement d’athlètes et de marques qui cherchent à engager la communauté des sports de plein air dans la lutte contre les changements climatiques par le développement d’initiatives éducatives, le militantisme politique et l’action directe.

En 2012, Burton s’est ajoutée aux membres votants du groupe de travail sur le développement durable de l’Outdoor Industry Association, une association composée d’organisations influentes, notamment REI et Kleen Kanteen, qui privilégie une approche collaborative de la responsabilité sociale, de l’économie circulaire et plus encore. Un exemple des initiatives du groupe est le développement et l’adoption de l’indice Higg, qui est utilisé pour mesurer l’impact social et environnemental de la production manufacturière et la durabilité de la chaîne d’approvisionnement.

Selon vous, Burton est-elle une entreprise activiste?  

JS : Oui. Depuis toujours, l’audace et l’innovation font partie de l’ADN de Burton, et cet état d’esprit s’étend aujourd’hui à l’activisme environnemental et social. Voici quelques-uns de nos gestes concrets récents pour lutter contre les changements climatiques :

•    En février 2018, nous avons organisé un événement à notre siège social du Vermont en collaboration avec POW, qui visait à mobiliser la communauté en faveur de l’adoption d’une législation sur la tarification du carbone à l’échelle de l’état. 
•    Notre chef de la direction, Donna Carpenter, a publié en décembre 2017 un éditorial dans le Burlington Free Press intitulé For the Love of the Mountains, Let’s Put a Price on Carbon Pollution (Pour l’amour des montagnes, mettons un prix sur la pollution par le carbone).
•    Donna Carpenter se rend chaque année au Capitole pour inciter les décideurs à agir dans la lutte contre les changements climatiques.

Burton prend également position dans certains dossiers sociaux qui nous tiennent à cœur. L’entreprise a notamment payé toutes les employées intéressées pour qu’elles prennent part à la Marche des femmes qui a eu lieu à Washington en 2017 en compagnie de Donna Carpenter. L’activisme est une source de fierté pour nos employés.

Quel est le rôle de la Chill Foundation, l’OBNL fondé par Burton?

JS : La Chill Foundation a été créée en 1995 pour aider les jeunes à vaincre l’adversité par la pratique des sports de planche. À ce jour, plus de 22 000 jeunes ont profité des initiatives de la fondation, soit 1 800 jeunes issus de 17 grandes villes des États-Unis et du Canada en 2017. Les participants sont référés par les organismes de services sociaux, les centres de traitement de la toxicomanie, les programmes de placement en famille d’accueil, les systèmes de justice pour mineurs et les programmes parascolaires.

À titre de producteur de papier, nous sommes curieux de connaître le rôle que jouent les communications imprimées dans la promotion de votre marque.

SK : En parallèle avec le numérique, l’imprimé continue de jouer un rôle important dans notre stratégie marketing. Pour nous, la production de matériel marketing imprimé – catalogues, publipostages, affichage en magasin ou campagnes publicitaires – doit avoir une incidence positive sur la relation entre le client et la marque.

Croyez-vous que Burton est un leader environnemental?

JS : Je le crois. Le respect de l’environnement est un état d’esprit et une priorité pour Burton, comme le prouvent nos objectifs de développement durable pour 2020. Depuis de nombreuses années, Burton s’efforce d’adopter des pratiques responsables d’un point de vue environnemental et social, en espérant influencer l’industrie de la planche à neige, la communauté du plein air et les décideurs.

Nous continuerons d’améliorer sans cesse nos pratiques, et d’élever la voix pour encourager d’autres entreprises à nous emboîter le pas.

L’attitude proactive de Burton est-elle le reflet d’un désir de plus en plus marqué de prendre les rênes du changement chez les entreprises responsables?

JS : Oui, tout particulièrement dans l’industrie du plein air, où toutes les entreprises dépendent de la nature et les clients témoignent d’un grand engagement envers l’environnement. C’est fantastique de voir tant de marques mettre la main à la pâte.