Back to top

Fabrication

Fabrication

Fabriqué au Québec

Nous donnons une nouvelle vie aux vieux papiers grâce à la forêt urbaine – les bacs à recyclage.

La fabrication des papiers fins Rolland considère l’environnement dans son ensemble. Tel un casse-tête, l’environnement prend tout son sens une fois les différents éléments assemblés. Ainsi, la réduction de consommation d’eau et d’arbres, la réduction des rejets dans l’air et la protection du sol par le recyclage plutôt que l’ensevelissement sont au coeur de nos activités quotidiennes de fabrication.

Étapes de fabrication des papiers fins Rolland

 

Boucle écologique

Boucler la boucle, c’est réduire notre empreinte environnementale.

Les papiers Rolland sont entièrement fabriqués au Québec. Cet aspect local contribue grandement à la réduction de notre empreinte environnementale. En effet, nous récupérons les vieux papiers au Québec, en Ontario ainsi que dans le nord est des États-Unis et nous les acheminons vers l’usine de désencrage de Lévis, située en face de Québec. Les papiers recyclés sont ensuite transformés en ballots de pâte et envoyés à l’usine de Saint-Jérôme, pour produire nos papiers fins de haute qualité.

Fabrication de la pâte recyclée désencrée


  • 1. Trituration
    Préparation dune pulpe grossière en mélangeant les vieux papiers avec de l'eau dans un triturateur et en les désintégrant grâce à une puissante hélice.

  • 2. Tamisage
    Passage de la pulpe dans des tamis afin de retirer les impuretés solides, telles agrafes et colle.

  • 3. Lavage
    Retrait des saletés visibles et des résidus de colle présents dans l'eau.

  • 4. Dispersion
    Libération des particules d'encre par le frottement des fibres les unes contre les autres.

  • 5. Flottation
    Ajout de fines bulles savonneuses à la pâte afin de faire remonter les particules dencre à la surface.

  • 6. Deuxième lavage
    Retrait des petites impuretés présentes dans leau qui ont été séparées de la pâte pendant les étapes précédentes.

  • 7. Deuxième dispersion
    Libération des particules dencre restantes par le frottement des fibres les unes contre les autres.

  • 8. Blanchiment
    Blanchiment de la pâte avec du peroxyde dhydrogène, une composante non chlorique qui contribue au respect de lenvironnement.

  • 9. Deuxième flottation
    Ajout de fines bulles savonneuses à la pâte afin de faire remonter à la surface les particules dencre restantes.

  • 10. Épuration
    Passage de la pâte dans des épurateurs qui séparent la pâte de ses impuretés par la force centrifuge.

  • 11. Décoloration
    Deuxième phase de blanchiment sans chlore qui permet daugmenter le degré de blancheur de la pâte tout en éliminant les teintes subsistantes.

  • 12. 2e tamisage
    Passage de la pulpe dans des tamis fins afin de retirer les particules de colle restantes.

  • 13. Mise en balles
    Épaississement de la pâte par essorage, mise en feuille, découpe et mise en balles.

La pâte est ainsi prête à être envoyée à lusine Rolland pour être transformée en papier fin recyclé de qualité.

 

Fabrication du papier


  • Préparation de la pâte

    1. Désintégration
    La pâte est mélangée avec de l’eau à une consistance d’environ 8 % de fibres et 92 % d’eau. C’est à ce moment qu’on ajoute les additifs pour définir l’opacité, la brillance et la couleur du papier.

    2. Raffinage
    Le raffinage permet de séparer les fibres les unes des autres pour éviter les accumulations. On mélange et agite le tout dans un grand cuvier afin d’obtenir une pâte complètement uniforme.

    3. Tamisage et épuration
    L’étape du tamisage et de l’épuration enlève tous les débris et les agglomérations présents dans la pâte. On améliore ainsi la dispersion des fibres.

  • Machine à papier

    1. Caisse d’arrivée
    Une quantité constante de pâte est pompée de façon uniforme de la caisse d’arrivée vers la toile de la machine, sur toute la largeur.

    2. Toile
    La toile est un tissage de filaments faits de matière synthétique qui laisse l’eau s’égoutter par gravité. Elle permet aux fibres de se placer adéquatement pour former une feuille mouillée.

    3. Rouleau égoutteur ou filigraneur
    Une armature cylindrique garnie d’une toile métallique perce les bulles d’air qui auraient pu se former et restructure la formation de la feuille. Le rouleau égoutteur peut être remplacé par un rouleau filigraneur avec un motif soulevé ou encavé qui marquera le papier.

    4. Cylindre aspirant et feutre
    Le papier traverse un rouleau aspirant afin que soit enlevée le plus d’eau possible avant de se retrouver sur le feutre pour commencer l’étape du séchage. À ce moment, la feuille contient environ de 50 à 60% d’humidité.

  • Séchage

    1. Presse encolleuse
    La presse encolleuse applique un film léger et continu d’amidon sur les deux côtés de la feuille. Le traitement durcit la surface du papier et fige les fibres afin que la feuille résiste à la pénétration des encres liquides.

    2. Sécheurs
    Le papier traverse une série de cylindres chauffés à la vapeur en forme d’accordéon. Le taux d’évaporation est constant et augmente rapidement d’un cylindre à l’autre.

    3. Calandres
    Le calandrage détermine le fini du papier. La feuille traverse deux rouleaux adjacents qui tournent pour être lissée et comprimée de façon identique des deux côtés.

    4. Enrouleuse
    Le papier est enroulé sur un large mandrin de métal pour obtenir une bobine mère. On transfère ensuite le rouleau géant à l’aide d’une grue pour l’étape du bobinage. La bobine mère est déroulée puis coupée en bandes selon la largeur adéquate pour finalement être embobinée sur des mandrins de carton.

Les rouleaux sont ainsi prêts à être envoyés aux clients ou au centre de transformation pour être coupés en feuilles.

Transformation du papier


  • 1. Découpage

    Un fois livrés au centre de transformation, les rouleaux sont coupés en feuilles.

  • 2. Emballage

    Les feuilles peuvent être emballées de plusieurs façons selon le format ou le besoin du client. Les plus petits formats sont emballés en rames qui sont ensuite insérées dans des boîtes de carton tandis que les plus gros formats sont mis directement dans des boîtes de cartons ou emballés « libres sur plateau ».

  • 3. Étiquetage

    Tous les produits sont étiquetés. L'étiquette comporte le nom commercial, le format, les certifications environnementales ainsi que les spécifications du papier.